Grand Site des Gorges du Gardon

Traduction

Géologie et Paysages
 

  Le Gardon
Du Mont-Aigoual à l’est du Mont-Lozère, en passant par la Corniche des Cévennes et la montagne du Bougès, se dessine une ligne de crête qui marque le partage des eaux entre Atlantique et Méditerranée. C’est sur ces pentes que naissent les Gardons, fruits d’une terre excessive aux précipitations rares mais violentes, torrents de moyenne montagne peu à peu réunis, qui ne deviennent qu’un en apercevant la plaine, quand les eaux d’Alès se joignent à celles provenant d’Anduze. Ne manque alors qu’une dizaine de kilomètres au cours d’eau avant qu’il ne pénètre les gorges qu’il a lentement façonnées, créant ici un paysage exceptionnel, pour le moins inattendu là où garrigue et plaine semblent seules occuper les lieux. Durant les mois les plus chauds, il disparaît en souterrain sur la première partie du parcours et profite de résurgences pour retrouver son lit dans les gorges, offrant aux baigneurs une eau pure et fraîche, même en cas de températures caniculaires. Une caractéristique qui rapproche le Gardon des oueds d’Afrique du Nord, le mimétisme qu’il emploie dans ses comportements excessifs se révélant également en automne, lors des crues pouvant donner un débit de 5 000 m3/s, quand le débit moyen atteint péniblement 15 m3/s sur l’année.

 

Géologie
Plusieurs étapes géologiques ont été nécessaires à la réalisation d’une telle œuvre. Il y a 115 millions d’années, le territoire des gorges est une mer tropicale, regorgeant d’une faune abondante et de coraux en tous genres. Une source inépuisable de sédiments qui vient tapisser le fond marin. Durant ce Crétacé inférieur, les Cévennes pointent à peine le bout de leur sommet. Mais au moins, la source d’alimentation principale des gorges a vu le jour. Avec le retrait partiel de la mer et l’affirmation des Cévennes, lacs et marais se créent. Leurs fonds bénéficient d’un apport important de matières, dû à l’érosion violente que subissent les monts naissants. Par plissement et fracture, plaine et plateau émergent également. On suppose alors qu’un Gardon primitif vit le jour sur un plateau situé entre Dions et Cabrières.

En l’espace d’une quinzaine de millions d’années, le territoire subit un balayage dans les règles, qui voit le retour des mers il y a 20 millions d’années puis leur départ à la fin du Miocène, il y a environ 7 millions d’années. La nouvelle croissance des Cévennes alliée à la naissance des Alpes torture le terrain au point de créer des amplitudes difficilement imaginables aujourd’hui, entre les sommets cévenols d’alors et l’ancêtre de la Méditerranée, plus basse de quelques centaines de mètres. L’érosion reprend donc de plus belle. Le Gardon se niche alors dans le calcaire urgonien dur, qui date de 115 millions d’années. Mais au final, il n’aura mis qu’à peine 6 millions d’années à se façonner ce nid douillet que sont les gorges.



schemas_gardon.jpg

 

Paysages
Créant une faille de 150 mètres de profondeur dans le calcaire, les gorges offrent des contrastes paysagers bien marqués, entre les zones de plateau et de cours d’eau. Certains points hauts permettent d’embrasser la splendeur du paysage, comme sur le site du Castellas ou les hauts de Collias et de Saint-Bonnet-du-Gard. Ces panoramas permettent également d’observer la structure encore médiévale des cœurs de villages, qui tendent désormais à croître horizontalement, au rythme des constructions de lotissements.
 
Quelques accidents topographiques parsèment les gorges de zones de petites plaines, souvent dévolues aux activités agricoles, au premier rang desquelles la culture de la vigne.
A son aise sur une base calcaire, l’yeuse pousse ici aussi bien que la pierre, créant un manteau vert à l’allure impénétrable, quand le sol n’est pas couvert de la végétation dense et aride propre à la plus pure des garrigues.
Quelques pins d’Alep, réunis en petits bois, dénotent avec le reste et créent une variation verdoyante d’une hauteur atypique.

En revanche, depuis le "coup de balai" des inondations 2002, la ripisylve est en reconstruction laissant encore apparaître un lit dégagé, minéral comme jamais.

 
 
 
Nos partenaires /  Nous contacter /  Espace presse /  Marchés publics /  Mentions légales /  Plan de site |  Haut de page